Faire des rencontres

Retour à l'accueil

Un Mobafriend demande :

Faire des rencontres

Salut tout le monde, j’ai 39 ans et je cherche à faire de nouvelles rencontres, histoire de discuter et de sortir un peu de ma solitude. J’ai une schizophrénie qui est bien stabilisée, ce qui me permet d’être autonome et de travailler à plein temps. J’aimerais pouvoir dialoguer avec des personnes ouvertes d’esprit, qui ne se ferment pas devant l’étiquette du « handicap psychique ». Merci d’avance


il y a 27 jours

France entière

Salut ! Arf ... dommage pour Netflix !
Oui j’aime les bébêtes et j’ai la chance d’avoir un chat 🐈‍⬛. Il est à la fois indépendant, très affectueux et plein de manies rigolotes !
Pour les rongeurs, ça vit la nuit en effet. Dans ma famille il y a des lapins et des rats : j’ai été très étonnée de constater que ça câlinait bcp et que c’était de vraies compagnies (dans les moments difficiles notamment...).
Qu’est ce qui t’empêches d’avoir une petite boule de poils ?

il y a 20 jours

Bonjour bouclette,
c’est une bonne question ! D’abord je dois dire que j’ai pas mal galéré avant d’être stabilisé, et que jusqu’à présent je n’avais pas la tête à ça. Mais c’est vrai que maintenant que je vais mieux je pourrais peut-être avoir un animal. Les principales raisons pour lesquelles je n’en ai pas sont : que je ne suis pas sûr de savoir bien m’en occuper, que le véto doit coûter cher, et que je me sentirais moins libre de partir en vacances où je souhaite. Et puis, en ce moment, j’ai surtout envie de rencontrer de nouveaux humains ! J’ai l’impression que ça me manque plus que la compagnie d’un animal… Et si jamais je suis trop bien chez moi avec mes petites boules de poils, je me bougerais encore moins pour sortir et voir du monde (déjà que je ne suis pas d’un tempérament hyper-sociable…) Il faut dire que ma pathologie m’invite fortement au repli dans mon monde, à préférer la solitude, etc. Il paraît qu’au Japon ils ont même renommé cette maladie et l’appellent désormais trouble de l’intégration : c’est plus compréhensible, et surtout ça fait moins peur… Bref, j’essaye de sortir un tantinet de ma bulle et malgré que ça me demande de faire quelques efforts, je suis content de pouvoir papoter un peu. Merci !

il y a 19 jours

Bonsoir !
En effet, une bébête demande du temps et de l’investissement sur le long terme...et puis tu as raison, ça handicap pour les départs en vacances ou en w end (si on est concerné) ! Cela étant, c’est tellement mignon que ça sublime toutes les contraintes je trouve ...
Tu travailles dans quoi ? Parce que le boulot c’est une belle occasion de rencontrer du monde (de vrais humains )! Ton trouble de l’intégration (tu as raison c’est plus doux et peut être plus adapté ...) tu le connais depuis longtemps ?

il y a 19 jours

Bonsoir bouclette,
c’est vrai que je vois du monde au travail. Il y a des collègues avec qui je m’entends bien, et avant le covid, je sortais avec eux 3 ou 4 fois par an je dirais, pour prendre un verre ou aller au resto. C’est déjà bien, et j’apprécie sincèrement ces moments. Mais je pense que je pourrais sortir encore un peu plus ; sauf qu'en cette période de pandémie c’est compliqué, alors je me tourne vers internet. Je préfère ne pas te dire ce que je fais comme travail, vu que nos échanges ont l’air public : j’ai peur que des collègues ou d’autres personnes ne fassent le rapprochement et comprennent qu’ils bossent avec un schizophrène, ce qui d’après ma psychiatre, risque de dégrader la situation… Même si le risque est faible, cette maladie rend hyper méfiant, pour ne pas dire parano… Et comme son étiquette fait peur (au pire les gens pensent qu’on est des psychopathes meurtriers, au mieux qu’on fait un dédoublement de personnalité, alors que c’est totalement faux dans les 2 cas), il vaut mieux faire profil-bas et ne pas en parler. C’est un réel problème d’ailleurs, car si on doit cacher sa maladie, alors les gens qui ne sont pas au courant ne peuvent pas nous aider ni nous encourager, et en plus c’est franchement pesant de devoir toujours faire attention à ce qu’on dit. Dans mon cas, mon handicap ne se remarque pas, et les gens ne me posent donc pas de question à ce sujet…
J’ai commencé à me replier sur moi il y a un peu plus de 10 ans, et très vite à avoir une pensée de plus en plus désorganisée comme disent les spécialistes, à avoir des idées délirantes, puis des hallucinations (entendre des voix, etc.). Au bout d’un an ou deux à ce régime, j’ai été hospitalisé, et depuis j’ai remonté lentement la pente… Voili voilou ! Et toi, tu as aussi un handicap ?

il y a 18 jours

Participez à cette conversation :
Créez votre compte ou Connectez-vous !